Comment le Moringa protège‑t‑il contre le burnout ?

Le Moringa oleifera contient toutes les substances contribuant à la prévention du syndrome de burnout en hautes concentrations et en ratios équilibrés.

Quelles sont les causes réelles du syndrome d'épuisement professionnel?

Peut-être que certains lecteurs se demandent quel est le rapport de l'alimentation et le syndrome d'épuisement professionnel ? Actuellement, on parle beaucoup deu syndrome de burnout ; ce terme se place juste après Fukushima à la 6ième place dans la liste « Le mot de l'année ». Pour l'an 2012, la ministre des affaires sociales allemande planifie une campagne contre la surcharge dans l'emploi. « Doit-elle l'Allemagne entière bientôt finir au canapé ? » demanda ses invités la rédactrice Maybrit Illner en automne 2011. Pourtant, on n'a pas autant discuté d'une chose – des cause physiques et les conséquences du syndrome de burnout. Notre santé commence dans la cellule. Si la cellule manque certains nutriments, le cerveau ne peut pas fonctionner de manière optimale et sera facilement accablé. Tout notre système alimentaire et notre mode de vie n'est pas correct. En ce qui concerne toute la problématique du syndrome de burnout, il est donc temps de sortir du cul-de-sac de l'exploration psychologique exclusive.

Les symptômes du syndrome de burnout les plus courants sont l'épuisement, les troubles de sommeil, l'irritation, les humeurs dépressives, le mal à la tête, l'agitation, la léthargie, la perte de résistance aux infections et la perte d'intérêt à l'activité que l'on effectue. Souvent, d'autres s'en suivent : les crises de panique, les troubles cardiaques, les troubles gastro-intestinales.

Oligoéléments – la réponse efficace face au stress

Le stress fait secréter surtout de la cortisone, notre hormone de stress principale et les neurotransmetteurs l'adrénaline, la noradrénaline et la dopamine. Comme les « freins » les plus importants de la réaction excessive de stress sont la DHEA et la sérotonine. Les pierres angulaires de la construction de la dopamine, de la noradrénaline et de l'adrénaline sont les acides aminés la phénylalanine et la tyrosine. Pour les pas successifs de leur construction, on nécessite de nombreux oligo‑éléments, surtout de la vitamine B6, du magnésium, de l'acide folique, de la vitamine C et du cuivre. La DHEA ou la déhydroépiandrostérone est une hormone anti‑stress. Le DHEA agit comme antidépresseur et renforce le système immunitaire ; avec l'âge croissant, sa quantité diminue au fur et à mesure. La sérotonine est connue comme « l'hormone de la bonne humeur ». Ce neurotransmetteur agit de manière apaisante et en tant qu'antidépresseur, améliore l'humeur et fait croître la motivation et la performance physique. En outre, elle agit positivement pour s'endormir et augmente la tolérance à la douleur.

La sérotonine est créée à partir de un acide aminé essentiel le L‑tryptophane. La production de la sérotonine est conditionnée par la vitamine B6 et le magnésium. Un stresse prolongé conduit aux troubles de conversion du tryptophane en sérotonine. Et toutes ces substances, on en en trouve dans le Moringa. On peut donc vraiment atteindre la bonne humeur et pour un esprit tranquille – en mangeant.

Le corps d'un adulte est composé d'environ de 100 billions de cellules. Si on les posait l'une après l'autre en une file, cette file entourerait la Terre entière cent fois. La condition préalable pour la santé physique et psychique et pour la performance humaine, c'est un métabolisme sain de cellules effectué dans toutes ces nombreuses cellules. Pour un bon fonctionnement, ces cellules on besoin d'énergie sous forme de l'ATP, l'adénosine triphosphate. Cette énergie doit être acquise de la nourriture car elle ne peut pas être emmagasinée. Chaque seconde dans chaque cellule du corps se passe plus de 50 000 de processus métaboliques. L'ATP est produite dans notre corps par les mitochondries, nos « petites centrales électriques » de cellule. Les cellules musculaires ont 1 500 de mitochondries, les cellules nerveuses jusqu'à 5 000 et l'ovocyte féminin possède même 120 000 de ces petites centrales. Dans les mitochondries, la production de l'énergie consomme de l'oxygène dans une chaîne dite de respiration. On a une quantité inimaginable de ces derniers dans notre corps – environ 180 billions ! Sans mitochondries, aucune vie n'aurait existé et sans les mitochondries fonctionnelles et efficaces, aucune énergie vitale. Lors d'un manque chronique d'énergie dans la cellule, on ressent de la fatigue et de l'épuisement.

Le stress oxydant comme une des causes du syndrome de burnout

Si les mitochondries ne fournissent pas assez d'énergie, alors on parle des maladies mitochondriales. Pendant la consommation de l'ATP, on produit également des radicaux libres dont l'influence néfaste peut même mener à l'écroulement du métabolisme énergétique ? Les radicaux libres sont créés justement à cause d'un surtravail chronique et d'un stress continu. Si on oublie les phénomènes souvent mentionnés de l'environnement pollué, de différents inflammations, l'influence de la cigarette, de l'alcool, etc. Le corps est protégé de ces attaques par la vitamine C, le sélénium, la vitamine E, le bêta‑carotène, le zinc, la coenzyme Q, les acides aminés à base du manganèse et du soufre, les polyphénols, la glutathion, une protéine composée d'acides aminés. On trouve tous ces oligoéléments de base dans le Moringa.

Pour une bonne régénération, à part la consommation de ces antioxydants, il est important de dédier judicieusement un certain temps à la relaxation, à l'activité physique, au rayonnement solaire, à un bon sommeil tranquille. Une charge incessante sans une protection adéquate mène à un déficit énergétique car la performance des mitochondries diminue et dans des cas extrêmes, leur structure peut être détruite. Donc le syndrome de burnout peut être désigné comme une conséquence directe de l'épuisement des « centrales électriques cellulaires ».

Déficit de nutriments est programmé

La perte des nutriments dans notre alimentation est dramatique. Dans le brocoli, entre 1985 et 2002, la teneur en calcium est descendu de 73 % ; dans les légumes à gousse, la teneur en vitamine B6 de 79 %, dans les fraises la vitamine C diminue de 87 % et en ce qui concerne les pommes de 60 %. C'est pour ça que l'on est dépendant des concentrés naturels de nutriments comme par exemple les feuilles de Moringa qui représentent toujours une abondance des matières vitales essentielles et protectrices.

Prévention du syndrome de l'épuisement professionnel grâce aux nutriments du Moringa

L'acide lipoïque, un vitaminoïde, protège la membrane cellulaire et les mitochondries de l'endommagement. Il renforce le système immunitaire et entrave les processus inflammatoires. La L‑carnitine est dérivée des acides aminés la L‑lysine et la L‑méthionine et transporte les acides gras à chaîne longue jusqu'à l'intérieur des mitochondries. Les cofacteurs sont les vitamines C, B3 et B6 et aussi le fer. La carence en L‑carnitine conduit à la fatigue et à l'épuisement. La coenzyme Q10 transporte les électrons dans la membrane mitochondriale sur un endroit où on en a besoin. La Q10 est parfois décrite comme une bougie d'allumage pour le « moteur » de la mitochondrie. Le corps est capable de produire tout seul de la Q10 mais il a besoin de la vitamine B12 er de l'acide folique. La L‑phénylalanine est nécessaire pour la production de la L‑tyrosine, le précurseur de neurotransmetteurs la dopamine, noradrénaline et adrénaline et aussi de l'hormone de la thyroïde. En outre, elle est un précurseur de la méthionine qui est un agent efficace contre les radicaux libres. Le L‑tryptophane est une base pour la bonne humeur. Cet acide aminé essentiel joue un rôle très important dans la prévention du syndrome de burnout car il en dépend la production de « l'hormone du bonheur », la sérotonine mais aussi de la mélatonine. Dans le métabolisme du tryptophane, c'est la vitamine B6 qui joue un grand rôle. Le manque de la vitamine B6 induit le manque du tryptophane.

Le magnésium est un oligoélément de détente et de la tranquillité. Il joue un rôle important dans le métabolisme énergétique des mitochondries parce que tous les processus métaboliques énergiquement dépendants exigent du magnésium. Il participe également à l'activation des vitamines B. D'habitude, la carence en magnésium entraîne la carence de cette vitamine. Le magnésium fait baisser la sécrétion des hormones de stress comme le cortisone et ainsi il atténue la réaction de l'organisme face au stress. La carence en magnésium se manifeste par les problèmes de concentration et de mémoire, résistance au stress affaiblie, irritabilité, nervosité, agitation, maux de tête, insomnie. Le zinc est un oligoélément indispensable pour la division cellulaire, le système immunitaire, la synthèse des protéines et la croissance. Le manque de zinc mène à une fatigue chronique, perte de motivation, faible résistance au stress, inaptitude à se concentrer, dépression et vulnérabilité aux infections.

Le manganèse fait activer tout un ensemble d'enzymes à effet antioxydant. De ce fait elles protègent la membrane mitochondriale de la destruction par les radicaux libres. En outre, le manganèse est incontournable dans la production de la dopamine et de la mélanine. Le sélénium est considéré comme un oligoélément améliorant l'humeur. Un symptôme typique de la carence de sélénium sont l'apathie, la fatigue, un malaise et une incapacité de concentration. L'acide folique est incontournable non seulement pour les femmes enceintes. Les vitamines hydrosolubles du groupe B et l'acide folique sont nécessaires pour la synthèse de l'ADN et par conséquence pour tous les processus de la division cellulaire. La vitamine B1 est un joueur universel ; il contribue à l'approvisionnement en « combustible » pour les mitochondries. Il est également important pour la stimulation de la transmission des signaux nerveux entre les cellules et du métabolisme des neurotransmetteurs. Le manque de vitamine B1, lui‑même, se manifeste par une fatigue, des troubles de mémoire et de concentration, l'anxiété, des oublis et par la confusion. La vitamine B2 fait partie de la chaîne respiratoire mitochondriale et protège les mitochondries du stress antioxydant. Un symptôme de la carence en thiamine est la perte d'énergie et le dépression. La vitamine B3 aussi protège les mitochondries contre les radicaux libres et contribue aux réparations de l'ADN. Notre organisme est capable de produire la vitamine B3 (la niacine) à partir du L‑tryptophane et en présence des vitamines B2 et B6. Lors d'une carence en vitamine B3, nos cellules subissent une diffusion des poisons qui influence négativement la production de l'énergie. Une conséquence possible en est une baisse de performances, un épuisement, des psychoses, des hallucinations et la confusion. La vitamine B6 est aussi connue comme la « vitamine de nerfs ». La vitamine B6 est incontournable pour la synthèse des neurotransmetteurs et pour le métabolisme des acides aminés. Son manque peut se manifester par une faiblesse, des déficit neurologiques, troubles de sommeil et par l'irritabilité. La vitamine B12 est significative non seulement pour la production du sang mais aussi pour la division cellulaire et pour la protection des cellules nerveuses. La vitamine B12 détoxique les cellules du corps des gaz nitriques et ainsi elle les défend contre les effets destructives du stress nitrosatif. Les symptômes du manque est la fatigue, des psychoses, une incapacité de concentration, des problèmes de la mémoire, basse tolérance au stresse et irritabilité excessive. La vitamine C non seulement renforce le système immunitaire mais aussi protège contre le stress. Elle prend partie dans la synthèse de différentes hormones dans l'hypothalamus, la partie du système nerveux central, un système nerveux autonome chargé de la coordination de différents organes internes. La vitamine C est aussi impliquée dans la synthèse des neurotransmetteurs la noradrénaline et la sérotonine. Lors du stress, la consommation de la vitamine C augmente. Les symptômes de la carence de cette vitamine peuvent être l'apathie, la fatigue, la faiblesse générale, la dépression et un changement d'humeur. La vitamine E est un « gardien » de la membrane cellulaire. Elle protège toutes les cellules de la dépréciation et du vieillissement précoce dû aux attaques des radicaux libres. En cas d'oxydation des graisses et des lipides dans les membranes cellulaires, la production d'énergie descend dans les mitochondries. Sous l'influence d'un manque de vitamine E, certaines troubles neurologiques ou sensuels peuvent se manifester. La quercétine est l'une des substances végétales secondaires hydrosolubles du groupe des polyphénols. La quercétine supporte la production de nouvelles mitochondries. C'est pour cela que cette substance est utilisée pour la thérapie en cas du syndrome de l'épuisement professionnel. Les OPC ou les oligo-proanthocyanides appartiennent aux flavonoïdes, un autre groupe des matières végétales secondaires. Les OPC ont même une activité plus intense que la vitamine C et la vitamine E. Les sulfates sont les matières contenant le soufre et agissent dans la suppression des poisons. Ils représentent une composant de construction des acides aminés, ils détoxiquent l'organisme et protègent les cellules contre les radicaux libres. Le manque de soufre a pour conséquence une détérioration du fonctionnement des mitochondries.

Le Moringa oleifera contient toutes les matières contribuant à la prévention du syndrome du burnout en hautes concentrations et en une composition équilibrée. Pour traiter le syndrome de l'épuisement professionnel, à présent, poursuivant l'intérêt d'une régénération rapide du métabolisme cellulaire, de nombreux médecins travaillent avec les compléments de nutrition à base des micronutriments cités ci-dessus. Quant à l'apport des substances essentielles pour la vie afin de prévenir le syndrome de burnout, on peut être sûr que le Moringa montre le chemin. Si on assure une relaxation et une activité physique en plein air, notre problème est pratiquement résolu. Dr. Ulrich Strurnz a appris en mesurant l'ATP que les cellules d'une personne qui fait son jogging quotidiennement contiennent six fois plus de « fabriques » à énergie et donc il a six fois plus d'énergie par rapport à une personne qui ne court pas. En plus, moyennant une course à pied régulière et d'autres disciplines d'endurance, on fait excréter de la sérotonine dans le corps et on libère « l'hormone de la créativité », l'ACTH et des endorphines – « les hormones du plaisir ».

Lisez aussi :

Moringa agit contre plus de 300 maladies

Arbre de Moringa est nommé « sigru » en sanskrit et il a une position forte dans la tradition d'ayurveda.

1225× lu

Exclusivement pour hommes !

Les hommes n'ont habituellement pas une alimentation aussi saine que les femmes. Voulez-vous un petit quizz ? Si vous avez un choix entre un schnitzel avec des frites et une salade avec de la viande de poulet ; choisiriez-vous la salade ? Probablement non.

981× lu

Galerie vidéo


Galerie de photos


Les articles les plus intéressants

Visite des plantations en novembre

On vient vérifier les plantations assez souvent. Notre dernier voyage à Sainte‑Lucie en Caraïbes a eu lieu en novembre 2015. Même cette fois-ci, il se...

Moringa – utilisation et effets de l'arbre miraculeux

La plante à utilisation multiple, le Moringa. On peut la recommander à chacun qui veut couvrir son besoin journalier en nombreuses substances importan...

Moringa, la plante à superlatifs avec une teneur en nutriments unique

« Bien que peu ont entendu parler du Moringa, bientôt, il se peut qu'il fera partie des plus précieuses plantes du monde. » - Dr. Noel Vietmeyer, US N...

Moringa, c'est l'abondance de vitamines importantes

« Si on plante du Moringa oleifera, les vitamines pousseront juste à notre porte. » – Organisation Trees for Life